Quels sont les principes actifs que l’on peut retrouver dans les huiles essentielles ?

Publié le : 23 septembre 20224 mins de lecture

L’usage des huiles essentielles dans les produits cosmétiques naturelles et biologiques, en aromathérapie et phytothérapie, prend de l’ampleur ces dernières années. En effet, ces substances sont constituées de plusieurs molécules chimiques, qui leur confèrent des propriétés bénéfiques pour la santé, le bien-être que pour prendre soin de soi. Dans une infime quantité d’huile essentielle, il est possible de trouver plus d’une dizaine d’éléments chimiques, composés principalement de terpènes, de dérivés hydroxyde –OH, et d’autres composants phénoliques.

Les molécules terpéniques dans les huiles essentielles

Les terpènes sont les éléments chimiques les plus abondants dans presque toutes les huiles essentielles. Ils s’agissent d’une liaison en chaîne des atomes d’hydrogène et de carbone, qui ont pour rôle d’odoriser la plante et son extrait, ainsi que de protéger la plante contre les insectes destructeurs. Selon qu’il existe 10, 15, 20 ou 30 molécules de carbones, l’huile essentielle peut contenir des monoterpènes, qui s’avèrent des composés majeurs dans cet extrait de plante, des sesquiterpènes, des diterpènes ou triterpènes, etc. Ces composants offrent à l’huile essentielle des vertus tonifiantes, stimulantes, antiseptiques, calmantes et cicatrisantes. Pour profiter des vertus des principes actifs des huiles essentielles, les magasins La Vie Claire proposent 6 000 références bio.

Les dérivés d’alcool, d’aldéhyde et de cétone dans les huiles essentielles

Dans les huiles essentielles, il existe également des groupements fonctionnels alcools, aldéhydes et cétones, qui associés aux terpènes, forment les terpénoïdes. Ces composants de l’huile essentielle sont en pourcentage considérable chez certaines variétés, comme l’huile essentielle de cannelle, de romarin, d’ylang-ylang ou de palmarosa, même s’ils viennent en seconde place par rapport aux monoterpènes linéaires. Par la présence de la fonction –OH qui est significative de la présence d’alcool, ces familles chimiques sont responsables de la vaporisation de l’odeur de l’huile essentielle. Cependant, ils lui attribuent également des propriétés virucides, bactéricides et antibiotiques. D’ailleurs, c’est la raison pourquoi les huiles essentielles sont d’excellents produits antiviraux, antimicrobiens et anti-inflammatoires.

Les autres composants des huiles essentielles

D’autres éléments chimiques se trouvent dans l’huile essentielle, notamment les molécules à noyaux benzoïques (les familles de coumarines, les phénols) et les dérivés d’oxydes (esters, éthers, lactones,…). Bien qu’ils soient de faibles teneurs, leurs actions sont très puissantes, notamment les phénols. En effet, ces molécules confèrent une propriété dermocaustique à l’huile essentielle, dont il faut éviter l’usage direct sur la peau. Toutefois, ces composés possèdent des propriétés antispasmodiques, antiinfectieuses et immunomodulantes, pour favoriser le rôle du système immunitaire. Contenu par exemple, dans l’huile essentielle de basilic, les éthers s’avèrent aussi de très bonnes molécules antiallergiques.

Plan du site